Vous êtes ici : Accueil > Ressources du pôle de compétences > Utilisation des outils numériques à différents moments du cours : entrer dans (...)
Publié : 8 février 2015
Format PDF Enregistrer au format PDF

Utilisation des outils numériques à différents moments du cours : entrer dans un texte littéraire

Outil en ligne Wordle

La lecture d’œuvres littéraires, intégrales ou sous forme de larges extraits, qu’il s’agisse de poèmes, de nouvelles, de contes ou de romans entiers, fait partie des activités recommandées à tous les niveaux de l’apprentissage des langues vivantes. Il s’agit pour les élèves d’entrer via la lecture continue dans une écriture originale plus dense que les extraits habituels, dont la compréhension ne s’épuise pas à la première lecture et qui demande au lecteur sa pleine participation.

Cette opacité première peut rebuter les élèves pour lesquels cette pratique reste avant tout une pratique scolaire. On inscrit très souvent cette lecture continue dans un projet pédagogique plus ample de réécriture (suite...), d’adaptation et transposition (changement de point de vue narratif, passage à une forme dialoguée, récit court...) afin de faciliter cette appropriation du texte.

Cette page du café pédagogique recense beaucoup de projets d’ateliers d’écriture de ce type.

Wordle

Voici un outil graphique qui pourrait très bien trouver sa place dans un atelier de ce type. Il pourra aider au détricotage du texte intégral, faciliter sa compréhension et constituer, comme souvent avec les outils numériques, un excellent tremplin pour l’expression personnelle des élèves.

Wordle est un générateur de nuage de mots qui se construit par le nombre d’occurrences trouvées dans un texte. C’est au lecteur de glisser par copier/coller le texte intégral. Plus le mots est présent dans le texte, plus il ressort dans le nuage de mots. Le système omet les mots courts les plus usuels (déterminants, prépositions...) et les chiffres, mais ils peuvent être rétablis dans le menu ’language". Il est également possible d’éliminer manuellement certains mots par un clic droit. On change la disposition des mots par la touche ’randomize".

En exemple, la nouvelle intégrale María de mi corazón de Gabriel García Márquez passée à la moulinette Wordle.

Cette histoire inspirée d’un fait divers nous raconte l’aventure cauchemardesque d’une jeune mariée prise à tort pour une folle et internée suite à un enchaînement implacable de circonstances.

Le prénom ressort nécessairement, le "téléphone" le ’bus" et la "voiture" causes de tous ses tourments, le "mari" qui ne la sauvera pas, sa "vie" accablée par le destin, les "femmes", les "malades", le "groupe", "l’asile" et son "directeur" évoquent l’univers carcéral que se plaît à nous décrire G. G. Márquez.

Quelles activités en classe ?

On peut présenter ce nuage de mots en amont ou en aval de la lecture du texte et proposer des activités et questionnements très variés :

- que peut raconter une histoire ainsi représentée (avant la lecture) ?
- pourquoi tel ou tel mot ressort (après la lecture) ?
- sélectionner certains mots pour résumer l’histoire.
- un mot important a été enlevé, quel est-il ?
- relier et regrouper les mots en expliquant leurs liens.
- questionner plus finement la compréhension du texte en commentant les mots les plus petits.

Plus le texte est long plus le nuage sera dense mais on peut l’utiliser sur des textes courts et des poèmes.

Regardons cet autre exemple à partir d’un conte traditionnel cubain :

La chinche cubana
 
Un americano fue al campo a vivir con unos guajiros un tiempo. Y cuando salió con un guajiro a pasear y vio un conejo le dijo :
- ¡ Oh, en mi país conejos ser más grande ! Y el guajiro se quedó callao .
Entonces vio un caballo en un potrero y el americano dijo :
- ¡ Oh, en mi país caballos ser más grande !
Y el guajiro se quedó callao.
Entonces llegaron a ver una casa de dos pisos, de cedro. Y el americano dijo :
- ¡ Oh, en mi país casas ser más grande !
Y así pasaba con todo lo que veían. Hasta que el guajiro se cansó. Y por la noche en la cama donde el americano iba a dormir le metió una jicotea, debajo de la colcha. Y cuando el americano se acostó, empezó a roncar pero a media noche formó una gritería :
- ¡ Guajiro, guajiro ! ¿ Qué ser este animal estar mordiendo a mí ? Entonces el guajiro le dijo :
- Esto ser chinche cubana.
Y el americano le dijo :
- En mi país chinche no ser tan grande. Y ésa fue la única manera que tuvo el guajiro para quitarle al americano su grandeza.

Ici, personnages et anecdote ressortent mais également les éléments répétitifs qui structurent le conte (entonces, dijo, callao). Cette mise en évidence sera très utile au moment de rédiger une histoire qui suivrait ce schéma narratif traditionnel.

Dernier exemple, le début du célèbre poème amoureux de Pablo Neruda, ¿Dónde estará la Guillermina ?

Cuando mi hermana la invitó
y yo salí a abrirle la puerta,
entró el sol, entraron estrellas,
entraron dos trenzas de trigo
y dos ojos interminables.
 
Yo tenía catorce años
y era orgullosamente oscuro,
delgado, ceñido y fruncido,
funeral y ceremonioso :
 
yo vivía con las arañas
humedecido por el bosque
me conocían los coleópteros
y las abejas tricolores,
yo dormía con las perdices
sumergido bajo la menta
 
Entonces entró la Guillermina
con dos relámpagos azules
que me atravesaron el pelo
y me clavaron como espadas
contra los muros del invierno.

On remarque ici que les mots ont presque tous la même taille, ce qui correspond à la variété lexicale de ce poème. Toute l’attention est ainsi fixée sur deux mots : "dos" et le verbe "entrar" et ces répétitions ne sont évidemment pas fortuites lorsqu’il s’agit de langage poétique où chaque détail compte. Les deux yeux de la Guillermina sont entrés dans l’esprit du poète et n’en sortiront jamais.

Bonnes découvertes littéraires avec Wordle.

Voir en ligne : Wordle

Post-scriptum

Merci à Isabelle Thierry-Réaux, enseignante et formatrice à l’ESPE pour l’idée.