Vous êtes ici : Accueil > Numérique éducatif > Utilisation des outils numériques à différents moments du cours : le démarrage (...)
Publié : 11 juin 2014
Format PDF Enregistrer au format PDF

Utilisation des outils numériques à différents moments du cours : le démarrage d’une séquence

Le Tableau Numérique Interactif pour amorcer une séquence

Le Tableau Numérique Interactif

Début de séquence et tableau numérique

Le démarrage d’une nouvelle séquence d’apprentissage constitue pour le professeur comme pour les élèves une étape de remobilisation particulière dans le temps de la classe : Madame/ Monsieur, qu’est-ce qu’on va faire aujourd’hui ?

Cette question, qui en cache sans doute beaucoup d’autres, n’en reste pas moins la preuve que la séance de démarrage bénéficie toujours des attraits de la nouveauté et reste plus susceptible de piquer la curiosité des élèves. C’est par cette porte qu’ils vont entrer dans le sens de ce sur quoi ils vont travailler (la thématique, la problématique, le projet...) et nous avons choisi de construire cette entrée, dont on sait qu’elle peut conditionner le reste du déroulement des activités, en nous servant du tableau numérique interactif.

JPEG - 152.9 ko

Nous avons choisi dans cet exemple d’utiliser le tableau numérique pour sa capacité à susciter, organiser et restituer les interrogations des élèves qui découvrent le sujet du cours. Après quelques années d’utilisation, on sait que le TBI devient intéressant en langue vivante quand il privilégie les activités d’interaction et d’annotation avec les éléments qui constituent la séquence. Le logiciel de TBI est en amont, l’outil du professeur qui prépare les éléments constitutifs de sa séance, son tableau, en fait ses tableaux, ordonnés selon une logique séquentielle et il devient en cours essentiellement l’instrument de travail des élèves. Cette anticipation des interactions attendues donne au professeur une plus grande disponibilité lors de la séance.

Il est particulièrement utile comme support à l’expression orale. L’élève, ou le petit groupe d’élèves, vient au tableau pour agir sur des objets (images, sons…), écrire ou tracer des liens entre les objets et par sa prise de parole, explique ses choix. Bien sûr, cette phase d’action et d’expression personnelle ne peut pas être improvisée. Les élèves doivent s’y préparer comme dans n’importe quelle autre tâche.

Le TBI intervient ainsi souvent dans des moments pédagogiques collectifs de vérification et validation des processus de compréhension. Il faut savoir que les logiciels de TBI sauvegardent toutes les manipulations. On peut les reprendre en l’état, demander à un élève de les refaire, copier-coller le tableau ou introduire des variantes.

Exemple

Prenons un exemple précis : les séances sont extraites d’une séquence de Première dans laquelle les élèves sont amenés à expliquer à autrui ce qu’est le projet Erasmus. On a utilisé pour la séquence le logiciel Sankoré, libre, multi-plateforme et indépendant du type de tableau. (cf. infra pour récupérer le logiciel et sa documentation)

Pour lancer la séquence, on propose une série d’images évocatrices du thème.
Au TBI, on écrit les mots qui viennent spontanément aux élèves puis on fait apparaître une liste complémentaire cachée jusque-là. Elle sert à développer une première expression orale sur le sujet : estudiar en el extranjero

Le deuxième tableau vise à mieux définir ce que supposent les études à l’étranger pour un jeune : los estudiantes suelen… salen para… quieren...tienen que...dejan...
Ils doivent faire le tri des mots proposés (los intrusos, los adecuados) en justifiant lors du passage au tableau les choix opérés. Chacun disposera ensuite de cette trace pour faire un travail personnel d’expression.

Après avoir émis quelques hypothèses, le tableau suivant invite les élèves à découvrir la personnalité et le projet d’Erasme. Ils doivent repérer dans un texte quelques mots qui selon eux permettent de présenter simplement l’homme, son œuvre et ses idées. Les variantes sont les bienvenues. On utilise la fonction "surlignage" du logiciel.

Un autre tableau les invite ensuite à compléter le texte apparu auparavant pour favoriser la mémorisation de certains éléments linguistiques dont on souhaite l’acquisition.

La dernier tableau fait finalement apparaître la silhouette d’Érasme et d’une étudiante que les élèves sont amenés à faire parler. L’activité reste très ouverte mais chacun aura, lors des différentes étapes précédentes, trouver matière à nourrir son expression, selon le niveau de compétences attendu : du monologue simple (Soy Erasmo de Rotterdam, Tengo una beca para estudiar en... ) aux liens qui unissent Erasme et cette étudiante (Erasmo, tenías el sueño de una Europa unida, yo trato de vivirlo compartiendo piso en una casa de locos en Barcelona")

Le recours au TBI ne change rien ici à la démarche de l’explicitation orale (¿por qué dices esto ?), il présente seulement l’avantage, inédit, de matérialiser par les manipulations, l’écriture ou le tracé la compréhension faite par l’élève qui renvoie immanquablement les autres à la leur. Ils voient un résultat possible et le cheminement de la compréhension se faire. Cette mise en scène des étapes de l’apprentissage et leur persistance informatique (le tableau n’est jamais effacé) sont susceptibles d’aider chacun à progresser.

Ressources pour la mise en œuvre

Télécharger le logiciel

Tutoriel

Télécharger la séquence au format Open Sankoré (2.4.2 - 3 MO)

Important : les tableaux ont été créés avec la version 2.4.2. de Open Sankoré. L’ouverture dans une version antérieure du logiciel posera problème.