Vous êtes ici : Accueil > Culture > Spectacles > Théâtre à Sartrouville : Casa de muñecas, Hedda Gabler surtitrée en (...)
Publié : 21 juillet 2012
Format PDF Enregistrer au format PDF

31/03, 01/04, 02/04

Théâtre à Sartrouville : Casa de muñecas, Hedda Gabler surtitrée en français

2 pièces d’Henrik Ibsen, adaptées par l’argentin Daniel VERONESE

Ces deux tragédies bourgeoises du XIXe siècle deviennent des récits de notre monde contemporain où l’argent et la politique règnent, portés par le jeu d’une troupe remarquable. Un théâtre vif, ciselé et enlevé, qui donne une lecture résolument neuve des oeuvres classiques.

« Si le théâtre de Veronese donne une telle sensation de vérité, c’est d’abord que le metteur en scène fait de chaque pièce une histoire personnelle, débarrassée de ce qui ne lui parle pas. Sa Maison de poupée, complètement réécrite, est pourtant fidèle sur le fond à Ibsen, dans le parcours qu’accomplit sa célèbre héroïne, Nora, jeune bourgeoise écervelée, pour prendre conscience de son aliénation et de la vie mensongère qu’elle mène avec son mari, Georges (ici, Jorge) Helmer. La scénographie, récupérée d’un autre spectacle, avec son côté cheap de salon banal d’une bourgeoisie argentine mise à mal par la crise économique, dit bienque cela pourrait se passer n’importe où. Mais le théâtre de Veronese vaut surtout pour son travail avec les acteurs : Maria Figueras (Nora), Carlos Portaluppi (Helmer), Mara Bestelli (Cristina), Jorge Suarez (Krogstad) et Ana Garibaldi (docteur Rank) ont des corps droit sortis de la "vraie" vie, et sont d’une criante vérité humaine. »
Le Monde

Dans la maison de poupée, Nora, le personnage principal de la pièce, est mariée depuis huit ans à Torvald Helmer, un directeur de la banque avec lequel elle a eu trois enfants. Le rôle de Nora dans son mariage consiste en celui d’une simplette : son mari ne cesse de l’appeler son alouette ou son petit écureuil ; elle n’est pas prise au sérieux par son mari et superficiellement, elle ne se prend pas au sérieux. Helmer se contente de lui donner des directives. Cela sans méchanceté aucune de la part d’Helmer, qui considère simplement que c’est le rapport normal entre hommes et femmes, comme le veut l’opinion de son époque.

Hedda Gabler  :

Hedda Tesman est la fille du Général Gabler, qui est mort sans lui laisser de fortune. Elle
approche de la trentaine. Après avoir fréquenté activement la bonne société, elle a épousé
Jorgen Tesman, un universitaire féru d’histoire culturelle qui vit dans l’espoir de se voir attribuer un poste de professeur à l’université.
Au moment où commence la pièce, Hedda et Jorgen rentrent d’un voyage de noces qui s’est
prolongé durant six mois. A son retour, Jorgen apprend qu’il sera concurrencé dans sa course au poste de professeur par un ancien admirateur d’Hedda.

En l’espace de deux jours, Hedda mettra en scène une série d’évènements aux
conséquences dramatiques.