Vous êtes ici : Accueil > Culture > Cinéma > Revolución, un film collectif
Publié : 4 mai 2011
Format PDF Enregistrer au format PDF

sortie au cinéma le 11/05/2011

Revolución, un film collectif

10 regards, 100 ans

Revolución - réalisé par Carlos Reygadas, Amat Escalante, Gael García Bernal, Diego Luna, Mariana Chenillo, Patricia Riggen, Fernando Eimbcke, Rodrigo García, Gerardo Naranjo, Rodrigo Plá - Mexique - 110min - 2010 - Distribué par Tamasa Distribution

Il y a cent ans, la chute du régime dictatorial du président Porfirio Díaz marquait le début de la révolution mexicaine. Dans ce film à épisodes, dix réalisateurs rappellent la période des troubles violents qui bouleversèrent le pays de fond en comble.

Rodrigo Plá observe dans sa contribution, 30/30, les festivités actuelles et les discours des hommes politiques sur le terrain.

Dans El Cura Nicolás Colgado, d’Amat Escalante, un garçon et une fille rencontrent un prêtre pendu à un arbre.

Carlos Reygadas raconte dans Este es mi reino comment un groupe de fiers Mexicains fait la fête à la campagne avec des amis étrangers.

Mariana Chenillo rappelle dans La tienda de Raya qu’il y a encore aujourd’hui au Mexique des employés en partie payés avec des bons d’achat uniquement valables dans les magasins de leur employeur, comme avant la révolution.

Dans Lindo y querido, de Patricia Riggen, tout est axé sur la dernière volonté du père d’Elisa, un Américain, qui désire à tout prix être enterré dans le pays dont il a été chassé.

Dans Lucio, de Gael García Bernal, le héros du titre se fait expliquer par son cousin la signification parfois contradictoire des symboles nationaux.

Après une vilaine dispute avec sa femme, Daniel erre sur la plage dans Pacífico, de Diego Luna. Au bord de la mer il commence à comprendre que ses rêves ne peuvent se réaliser qu’à la maison, avec sa famille.

Dans R-100, de Gerardo Naranjo, deux ouvriers fuient leur passé.

Les esprits de révolutionnaires défunts visitent Los Angeles dans La 7 th y Alvarado, de Rodrigo García.

Fernando Eimbcke présente dans La Bienvenida un village qui attend l’arrivée d’un hôte particulier.