Vous êtes ici : Accueil > Culture > Expositions-conférences > Colloque international littérature
Publié : 11 avril 2012
Format PDF Enregistrer au format PDF

Colloque international littérature

12 et 13 avril 2012- Université de Rouen

Programme des 2 journées :

PDF - 489.1 ko

À l’origine de ce colloque, il y a un texte, l’Arte Nuevo de Lope de Vega (1609), relu, commenté et interrogé dans le cadre d’une journée du Séminaire « Poétique des auteurs par eux-mêmes » (CÉRÉdI) consacrée aux poétiques des dramaturges européens du XVIIe siècle. À la même époque (2009), s’est tenu un colloque sur la question à Florence, sous la direction de Maria Grazia Profeti, dans lequel Fausta Antonucci a consacré une brillante plénière à la Poétique du dramaturge madrilène, en particulier sur les aspects qui nous intéressent ici. L’une des propositions dramaturgiques essentielles du Fénix, "lo trágico y lo cómico mezclado", pouvait constituer un nouveau champ d’interrogation pour le SET (Séminaire d’études théâtrales) qui avait précédemment étudié le Spectacle tragique, mais aussi pour les deux centres de recherche qui se sont associés pour organiser ce colloque dédié à la question des liaisons, du mixage, du mélange du comique et du tragique dans le théâtre de l’Antiquité à aujourd’hui.

Ce colloque interdisciplinaire réunira des hispanistes et des spécialistes de Littérature comparée, des hellénistes, des latinistes, des anglicistes, des germanistes, parmi d’autres disciplines éventuelles. Il s’agira, pour tous les chercheurs qui ont rejoint le projet, d’examiner ensemble les origines, les enjeux, les actualisations, la réception et les conséquences en termes d’écriture et de pratique théâtrale de cette proposition dramaturgique. La liaison du tragique au comique est un pilier de la nouvelle conception du théâtre (la Comedia Nueva) proposée par Lope, mais elle fait aussi écho à la représentation bipolaire de l’expérience humaine qui, dès l’Antiquité, s’est affirmée dans la symbolique des deux masques contraires. On la retrouve dans le théâtre anglais et aussi dans le théâtre français du début du XVIIe siècle, avant que l’on n’aille vers une épuration des genres. La tension, à l’intérieur des oeuvres, entre tragique et comique, tragique et grotesque, traverse l’histoire du théâtre jusqu’au théâtre contemporain : elle a sollicité l’attention des théoriciens comme des praticiens, des dramaturges comme de leurs traducteurs.

Les approches suivantes seront privilégiées :

On pourra étudier comment, dans une même pièce, les deux sous-genres dramatiques, s’articulent entre eux, s’opposent ou se juxtaposent, et repérer les difficultés de mise en scène ou de cohérence esthétique que cela peut poser à celui qui envisage la liaison du texte et de la représentation scénique, qu’il soit metteur en scène, acteur ou critique.

On pourra également étudier la tragicomédie proprement dite (à travers l’étude de pièces précises) mais aussi les textes théoriques envisageant les défauts ou vertus de ce genre.

On pourra prendre en compte des réécritures burlesques de certains textes tragiques ou graves, et des réécritures qui feraient le parcours inverse.

On pourra enfin considérer la réception d’oeuvres théâtrales relevant de cette esthétique du mélange hors de leur aire de production ou à diverses époques pour envisager comment cette esthétique a pu être discutée en traversant les frontières et l’histoire.

On privilégiera au cours des études proposées une orientation tournée vers la scène et prenant en compte le corps du personnage et de l’acteur, les gestes et mouvements scéniques, les effets spectaculaires, prévus ou suggérés par le dramaturge – orientation qui correspond à la vocation du SET.