Vous êtes ici : Accueil > Ouverture à l’international > Etwinning > Collège Jean Charcot
Publié : 12 janvier
Format PDF Enregistrer au format PDF

Collège Jean Charcot

Gérald Moreau, professeur d’espagnol

Etwinning en cours d’espagnol.

1) Vos débuts sur etwinning répondent-ils à un besoin précis ou/et s’agit-il d’une envie de changement ? Si oui, lesquels ?
Mes débuts sur etwinning font suite à une formation sur site dans mon collège et à l’envie croissante d’allier communication avec des hispanophones et cours d’espagnol. Dans la conception de mes projets de fin de séquences, j’essayais de mettre les élèves en interaction entre eux dans des situations les moins artificielles possible. Mais un jour, alors qu’une de mes consignes commençait par « Imaginad que vais a escribirle vuestra primera carta a vuestro correspondiente… » un élève m’a dit « sauf que des correspondants, on n’en a pas… ».

J’ai alors ressenti chez lui, et plus généralement chez eux, l’envie réelle de communiquer, d’échanger avec des jeunes de leur âge sur les thématiques évoquées en classe et sur d’autres sujets de leur vie quotidienne. Ma question était alors : est-il possible d’allier échanges et cours ? Comment éventuellement faire pour qu’etwinning devienne le support de mes projets de fin de séquence ? Et, si je pars du principe que mes projets de fin de séquences deviennent des activités sur etwinning, serait-ce alors plus aisé pour les élèves de mobiliser leurs acquis des séquences, dans des situations de communication qui leur sembleraient moins artificielles.

Ainsi, nous sommes passés de « imaginad que vais a escribirle vuestra primera carta a vuestro correspondiente… » à « para mañana, tenéis que escribirle vuestro primer mensaje a vuestro correpondiente en etwinning ». Quelque chose en eux, et en moi a alors changé dans la façon d’appréhender les projets de fin de séquences, et de façon plus générale, l’interaction.

2) Qu’est-ce que vos projets etwinning ont changé dans votre pratique de tous les jours ?
De mon point de vue, les projets etwinning ont changé beaucoup de choses.

D’abord, et c’est bien là le plus important, ils ont contribué à créer de véritables situations de communication, d’interaction orale et écrite moins artificielles et donc plus motivantes entre les élèves français et espagnols. Même si au début certains tardent un peu, à envoyer le travail, et d’autres à y répondre, très vite les élèves n’appréhendent plus l’activité comme un « travail à faire » mais comme la poursuite d’une simple conversation engagée le plus tôt possible dans l’année.

Ensuite, l’organisation du déroulé de mes séquences (ordres, thèmes, …) a été pensée autrement, en décidant conjointement avec mes partenaires etwinning de l’ordre des thématiques abordées, pour pouvoir proposer des activités sur des thèmes que nous nous travaillons en même temps.

Par ailleurs, le fait de communiquer sur la plate-forme etwinning nous a naturellement conduit à utiliser davantage les outils numériques. (audio, vidéo, photo, écran vert, carte mentale d’auto présentation, nuages de mots, liens hypertextes…)

Enfin, le choix du projet final des séquences est devenu plus simple à déterminer, mettant toujours en avant la communication entre nos élèves.

Lors des premiers échanges avec un partenaire sur etwinning, nous pouvons décider d’un ordre thématique de nos séquences, si nous souhaitons travailler les mêmes thèmes aux mêmes moments. Ce n’est bien entendu pas une obligation mais un choix. Il y a dans ce cas une certaine obligation de respecter le calendrier fixé ensemble et ce n’est pas toujours évident.

L’autre possibilité est que chacun procède dans l’ordre qu’il veut, et peut ainsi proposer des activités « surprises » sur la plate-forme. De toute évidence, le plus important est de toujours terminer une activité commencée, et de proposer des activités conduisant naturellement à l’interaction entre nos élèves.

3) Qu’est-ce qu’etwinning a changé chez les élèves ?
Avoir un ou des correspondants donne du sens à ce qu’ils apprennent en classe. Ils se montrent très souvent plus motivés, plus actifs et aussi très attentifs à tout ce qu’ils peuvent apprendre de leur correspondant. Le fait de sortir du cahier, du manuel (et de la classe) leur offre, d’une certaine façon, la possibilité de voyager à travers leurs échanges avec leur correspondant. Ils sont aussi plus spontanés et pour certains, plus autonomes. Ils ne perçoivent pas les travaux de la même façon. Il y a de moins en moins de problèmes de travail non fait, travaux non rendus… car ils comprennent vite que si leur correspondant ne fait pas le travail, l’interaction sera interrompue.

4) Est-il possible, compliqué ou aisé pour vous d’introduire des séances etwinning dans votre progression de séances et de séquences. Pourquoi ?
Il est possible d’introduire des séances etwinning dans nos progressions de séances et de séquences, même si ce n’est pas toujours aisé de le faire, en lien direct, en même temps que les correspondants et leur professeur de français. Quoi qu’il en soit une communication régulière entre les partenaires est nécessaire.

Deux possibilités s’offrent à nous :

L’une est que les professeurs décident ensemble d’une progression commune pour que les espagnols et les français soient capables de produire des contenus enrichis de leurs acquis et ainsi, on imagine par exemple sur 3 semaines d’octobre, une séquence « ¿Cómo es tu familia ? » qui se terminera par un projet final en interaction orale ou écrite entre les correspondants qui présenteront et décriront leur famille. L’avantage est, dans ce cas, la parfaite et possible intégration de séances etwinning dans nos séquences. La seule contrainte est le respect des délais décidés avec le partenaire.

L’autre est que chacun des partenaires construise son plan de séquences dans l’ordre qu’il le souhaite, et alors, certaines activités seront intégrées dans nos séances (ou séquences) et d’autres non.
Il est à mon avis possible de trouver un juste milieu en gardant toujours à l’esprit la priorité des priorités : toujours chercher à favoriser l’interaction entre nos élèves.

4) Trois bons conseils pour débuter avec eTwinning.
- Prévoir du temps pour former les élèves et se former à l’utilisation du twinspace (espace dédié à chaque projet etwinning), son interface et son fonctionnement.
- Trouver des partenaires fiables et sérieux pour développer et faire aboutir les projets.
- Bien communiquer régulièrement avec son ou ses partenaires pour rendre faisables et claires, toutes les activités proposées.

5) Trois écueils à éviter.
- Proposer des activités qui ne mettent pas les élèves en situation de communication et d’échange avec leur correspondant.
- Imposer systématiquement des thèmes d’échange entre les élèves. Il vaut mieux au contraire, les laisser parfois plus libres et les encourager à échanger seuls, et librement sur le forum ou sur le chat.
- Ne pas respecter les délais décidés conjointement.